Publié le

Comment toucher les Assedic après un licenciement pour faute grave ?

Vous avez été licencié pour une faute grave et vous vous interrogez sur la procédure à suivre pour toucher les Assedic ? Il est important de connaitre les raisons qui ont motivé le licenciement et l’impact que cela pourra avoir sur vos allocations de chômage.

Le licenciement pour faute grave

Ce type de licenciement repose sur un motif d’ordre personnel. Il se fonde sur une cause réelle et sérieuse. Il a pour conséquence de supprimer le préavis.

Le licenciement pour faute grave fait-il perdre des droits d’allocation ?

Il est trop souvent dit qu’une faute lourde ou une faute grave empêche le salarié licencié de toucher ses allocations. C’est une erreur qui part d’une confusion entre les pertes de droits. Une faute grave aura un impact sur la période de mise à pied, le préavis et les indemnités de licenciement que le salarié pourrait toucher. Il garde cependant son droit aux allocations. Tous les types de licenciements donnent droit aux allocations et c’est ce que regardera Pole Emploi en vous les accordant.

Une allocation d’aide à retour à l’emploi

Le licenciement pour faute grave n’empêche donc pas le salarié de s’inscrire chez Pole Emploi. Celui-ci pourra se rendre dans une agence et s’inscrire ou passer par le site Internet. Il pourra alors avoir accès à l’allocation de Retour à l’Emploi. On appelle aussi cette aide les Assedics ou l’allocation de chômage.

Quelles sont les conditions pour bénéficier des Assedics ?

En marge de son licenciement, le salarié doit remplir un certain nombre de conditions pour pouvoir toucher les allocations de chômage. Celui-ci doit premièrement avoir travaillé durant 88 jours minimum ou alors 610 heures sur les 28 mois pour les moins de 53 ans et sur les 36 mois pour les plus âgés.

D’autres conditions sont prises en compte :

Le fait d’être mis au chômage involontairement et dans ce cas, le licenciement pour faute grave est un état qui sort de la volonté.

Le fait de s’inscrire chez Pole emploi et d’intégrer un processus de formation pour retrouver un emploi.

Le fait de rechercher activement un nouvel emploi et sans interruption.

Enfin, le fait de vivre dans une zone couverte par le régime d’assurance chômage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *